1.2 – LES ENJEUX DE LA FORMATION

Premier examen de France, le permis de conduire est également un outil indispensable de mobilité et représente un véritable passeport d’insertion professionnelle et sociale, en particulier pour les jeunes.

Les jeunes conducteurs, notamment en deux roues, sont les premières victimes de la route. Les accidents de la route ne sont pas liés à la fatalité et pour aider les nouveaux conducteurs à se déplacer avec un risque faible d’accidents et de séquelles, la formation est primordiale. Construire, s’adapter à chacun, développer la motivation et lutter contre le décrochage sont les nouveaux enjeux affichés de notre formation.
Notre formation vise l’acquisition de compétences en termes de savoirs, savoir-faire, savoir-être et savoir-devenir.
L’objectif de notre ingénierie de formation est de former de futurs conducteurs sûrs, responsables, respectueux des règles, conscients des risques, qui partagent la route avec les autres et réfléchissent à leur comportement pour s’améliorer tout au long de leur vie d’usager de la route.
Apprendre à conduire est une démarche éducative exigeante et le livret d’apprentissage est le miroir de l’apprentissage.

DEROULEMENT DE LA FORMATION Cat.B

Avant l’inscription et le début de la formation, une évaluation de départ est réalisée soit sur ordinateur, soit sur simulateur, soit en véhicule. Elle permet de définir un volume prévisionnel de formation et d’adapter l’enseignement au profil et aux caractéristiques de chacun.

THEORIE

La formation théorique B (ETG) comprend des cours et des tests effectués en présentiel ou à distance et une sensibilisation sur les principaux facteurs d’accident, au travers de cours collectifs animés par un enseignant, sur rendez-vous et selon le planning affiché à l’auto-école.

Les 10 thèmes sont :
• La circulation routière (panneaux, intersections, circuler, croiser et dépasser, stationner ou s’arrêter)
• Le conducteur (conduire, défaillances du conducteur)
• La route (nuit et intempéries, autoroute, zones dangereuses)
• Les autres usagers (partage de la route)
• Les notions diverses (documents administratifs, chargement et passagers, infractions)
• Les premiers secours (protéger, alerter et secourir)
• Prendre et quitter son véhicule (s’installer au poste de conduite)
• La mécanique et les équipements (entretien et dépannage)
• La sécurité du passager et du véhicule (installation des passagers, nouveaux équipements)
• L’environnement (éco-mobilité et éco-conduite)

PRATIQUE

La formation pratique B peut débuter par cinq heures sur simulateur, pour ceux qui n’ont jamais conduit auparavant. Les leçons de conduite ont lieu en circulation avec des explications et des exercices progressifs. Dans un premier temps, il s’agit de maitriser le véhicule dans un trafic faible. Ensuite, il faut apprendre à gérer l’environnement, partager la route avec les autres usagers, circuler dans une circulation dense et des conditions de plus en plus difficiles. Les dernières leçons favorisent l’autonomie et l’écoconduite. A chaque fois, l’élève est incité à prendre conscience des risques, des influences, des pressions, à s’auto-évaluer et à remplir son livret de formation pour suivre sa progression. En cours et en fin de formation des bilans sont réalisés.

CONDITIONS DE PASSAGE DES EPREUVES DE L’EXAMEN

L’épreuve se déroule sur une durée de 32 minutes. Un enseignant vous accompagne sur le centre d’examen. Il est assis à l’arrière tandis que l’inspecteur prend place à l’avant côté passager. C’est lui qui vous évalue. Après avoir vérifié votre identité celui-ci vous présente les modalités, le déroulement et les attentes de l’examen.
Votre examen consiste en un bilan de compétences devant être acquises pour conduire en sécurité :
– Réalisation d’un parcours empruntant des voies à caractère urbain, routier et/ou autoroutier.
– Suivi d’un itinéraire de manière autonome pendant environ cinq minutes.
– Réalisation de manœuvres
– Réponses à des questions de vérification d’un élément technique à l’intérieur ou à l’extérieur du véhicule, à une question en lien avec la sécurité routière et enfin à une question sur les premiers secours.
L’élève devra appliquer les règles du code de la route, adapter sa conduite dans un souci d’économie de carburant et de limitation de rejet de gaz à effet de serre ainsi que faire preuve de courtoisie envers les autres usagers et notamment les plus vulnérables.

L’inspecteur réalise une analyse des points positifs et négatifs restitués par rapport à une compétence donnée et retranscrit de façon formelle ce bilan dans une grille d’évaluation.

Le résultat est consultable sous 48 h après le passage de l’examen sur le site de la Sécurité Routière : securite-routiere.gouv.fr onglet « résultat du permis de conduire ».
En cas de réussite vous devrez imprimer ou télécharger votre Certificat d’Examen du Permis de Conduire (valable 4 mois) en attendant votre permis de conduire.

DEROULEMENT DE LA FORMATION Cat.A

Avant l’inscription et le début de la formation, une évaluation de départ est réalisée soit sur ordinateur, soit sur simulateur, soit en véhicule. Elle permet de définir un volume prévisionnel de formation et d’adapter l’enseignement au profil et aux caractéristiques de chacun.

THEORIE

La formation théorique A1 ou A2 (ETM) pour « Épreuve Théorique Moto », comprend des cours et des tests effectués à distance.

Les 9 thèmes sont :
• Les dispositions légales en matière de circulation routière ;
• Le conducteur ;
• La route ;
• Les autres usagers de la route ;
• La réglementation générale ;
• Les éléments mécaniques liés à la sécurité ;
• Les équipements de protection et autres éléments de sécurité des véhicules ;
• Les règles d’utilisation du véhicule en relation avec le respect de l’environnement ;
• Et enfin, les premiers secours.

PRATIQUE

La formation pratique A1 ou A2 se déroule en deux parties. Hors circulation, l’apprenant se familiarise avec le deux-roues, les différentes commandes, la gestion du poids de la machine, de l’équilibre, de la trajectoire, à allure lente et normale, seul et avec un passager. Avant de se présenter à l’examen du plateau, un examen blanc est réalisé et les vérifications sont révisées. En circulation, l’élève est confronté aux différentes conditions de circulation de façon progressive. Des conseils pour assurer la sécurité sont prodigués tout au long de la formation.

La formation pratique AM comprend cinq séquences dispensées sur un volume horaire total de huit heures, au minimum. Elle se déroule sur deux jours, au minimum, à raison d’un maximum de quatre heures par jour.

Les séquences se déroulent dans l’ordre suivant :
• Séquence 1. Echanges sur les représentations individuelles autour de la conduite.
• Séquence 2. Formation à la conduite hors circulation.
• Séquence 3. Apports théoriques (code de la route)
• Séquence 4. Formation à la conduite sur les voies ouvertes à la circulation publique.
• Séquence 5. Sensibilisation aux risques.

ÉQUIPEMENTS OBLIGATOIRES EN FORMATION

– Casque homologué étiquette norme NF ou CE avec autocollants rétro-réfléchissants
– Gants homologués portant la norme CE
– Blouson manches longues
– Pantalon ou combinaison
– Bottes ou chaussures montantes

CONDITIONS DE PASSAGE DES EPREUVES DE L’EXAMEN

L’examen du plateau :

L’examen de la partie moto comprend une épreuve hors circulation qui se déroule sur un plateau. Celle-ci dure généralement une quinzaine de minutes et elles permettent d’évaluer l’acquisition de plusieurs savoirs essentiels pour chaque candidat. En effet, durant ces exercices, l’inspecteur va contrôler les compétences suivantes :

• la gestion de l’équilibre (avec et sans passager)
• la connaissance et l’utilisation des diverses commandes
• les techniques d’évitement et de freinage des deux-roues

De manière générale, il s’agit de vérifier la manière de se positionner dans une situation complexe.

Votre enseignant vous donnera les critères de notations en début de formation

L’examen de circulation :

Pendant les 30 minutes de l’épreuve allouée à la circulation, les candidats à l’examen du permis moto sont évalués sur les points suivants :
• quitter une place de stationnement
• se réinsérer en sécurité dans la circulation après un arrêt
• emprunter des lignes droites, négocier des courbes
• changer de direction et franchir des intersections
• utiliser des voies d’accélération et de décélération
• maîtriser le dépassement et le croisement de véhicules tiers

Comme pour le permis B, les précautions liées au démarrage et à l’arrêt du véhicule sont également prises en compte dans la notation.

Votre enseignant vous donnera les critères de notations en début de formation

Attention : Contrairement au permis B, pour le permis moto, il est possible de valider l’examen du plateau, mais de rater l’épreuve en circulation. Les candidats malchanceux disposent de 3 ans pour retenter leur chance lors de l’examen de circulation. Cependant, ils ne pourront effectuer qu’un maximum de 5 tentatives durant ce laps de temps. Ils pourront découvrir leurs résultats à leur examen du permis A2 sous deux jours directement sur internet. Si le résultat obtenu est favorable, l’administration délivrera au candidat un certificat d’examen du permis de conduire qui vaut pour titre de conduite lorsque l’issue est favorable. Celui-ci est valable en France pendant une durée de deux mois, en attendant la création du permis de conduire définitif.

1.3 – RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE L’AUTO-ECOLE SOULT

Article 1 – Objet et champ d’application du règlement
Le présent règlement s’applique à toutes les personnes participantes à une action de formation organisée par l’auto-école SOULT. Un exemplaire est remis à chaque candidat. Le règlement définit les règles d’hygiène et de sécurité, les règles générales et permanentes relatives à la discipline ainsi que la nature et l’échelle des sanctions pouvant être prises vis-à-vis des candidats qui y contreviennent et les garanties procédurales applicables lorsqu’une sanction est envisagée. Toute personne doit respecter les termes du présent règlement durant toute la durée de la formation.

1ère SECTION : HYGIÈNE ET SÉCURITÉ

Article 2 – Principes généraux
La prévention des risques d’accidents et de maladies est impérative et exige de chacun le respect :
– des prescriptions applicables en matière d’hygiène et de sécurité sur les lieux de formation ;
– de toute consigne imposée soit par la direction soit par le constructeur ou l’enseignant s’agissant notamment de l’usage des matériels mis à disposition.
Chaque candidat doit ainsi veiller à sa sécurité personnelle et à celle des autres en respectant, en fonction de sa formation, les consignes générales et particulières en matière d’hygiène et de sécurité. Par respect pour les autres candidats et le personnel de l’auto-école, il est obligatoire de se présenter lavés, propre. En cas de maladie, merci de prendre ses précautions (masques, lavage des mains, etc) si vous maintenez votre présence. L’enseignant garde la prérogative de pouvoir reporter gratuitement le cours s’il estime que sa santé est concernée. Pour les candidats à forte sudation, merci de prévoir une serviette éponge pour le siège de conduite.

Article 3 – Consignes d’incendie
Les consignes d’incendie et notamment un plan de localisation des extincteurs et des issues de secours sont affichés dans les locaux, à l’accueil. Le candidat doit en prendre connaissance. En cas d’alerte, le candidat doit cesser toute activité de formation et suivre dans le calme les instructions du représentant habilité ou des services de secours. Tout candidat témoin d’un début d’incendie doit immédiatement appeler les secours en composant le 18 à partir d’un téléphone fixe ou le 112 à partir d’un téléphone portable et alerter un représentant de l’auto-école.

Article 4 – Boissons alcoolisées et drogues
L’introduction ou la consommation de drogue ou de boissons alcoolisées dans les locaux est formellement interdite. Il est interdit au candidat de pénétrer ou de séjourner en état d’ivresse ou sous l’emprise de drogue dans auto-école. Le candidat aura accès lors des pauses aux postes de distribution de boissons non alcoolisées.

Article 5 – Interdiction de fumer
Il est formellement interdit de fumer dans les salles de formation et plus généralement dans l’enceinte de l’auto-école.

2ème SECTION : DISCIPLINE GÉNÉRALE
Article 7 – Assiduité du candidat en formation
Article 7.1. – Horaires de formation
Le candidat doit se conformer aux horaires fixés et communiqués au préalable par l’auto-école. Le non-respect de ces horaires peut entraîner des conséquences financières et un délai supérieur de formation.

Article 7.2. – Absences, retards ou départs anticipés
En cas d’absence, de retard ou de départ avant l’horaire prévu, les stagiaires doivent avertir l’organisme de formation et s’en justifier. Pendant la durée de leur formation, les candidats doivent tout leur temps à l’auto-école. Ils ne peuvent la quitter ni s’absenter même pour une courte durée sans autorisation. Les candidats doivent respecter le calendrier de formation selon la nature des activités mises en œuvre. En cas de maladie ou accident, les candidats doivent remettre à l’auto-école un certificat médical précisant la durée probable de son arrêt, dans les deux jours francs, sauf en cas de force majeure. L’organisme de formation informe immédiatement le financeur de cet événement. Tout événement non justifié par des circonstances particulières constitue une faute passible de sanctions disciplinaires. De plus, conformément à l’article R6341-45 du Code du travail, le stagiaire – dont la rémunération est prise en charge par les pouvoirs publics – s’expose à une retenue sur sa rémunération de stage proportionnelle à la durée de l’absence.

Article 7.3. – Formalisme attaché au suivi de la formation financée par les fonds publics
Le stagiaire est tenu de renseigner la feuille d’émargement au fur et à mesure du déroulement de la formation. Il peut lui être demandé de réaliser un bilan de la formation. A l’issue de la formation, il se voit remettre une attestation de fin de formation.

Article 8 – Accès aux locaux de formation
Sauf autorisation expresse de la direction de l’organisme de formation, le stagiaire ne peut :
– entrer ou demeurer dans l’auto-école à d’autres fins que la formation ;
– y introduire, faire introduire ou faciliter l’introduction de personnes étrangères à l’auto-école ;
– procéder, dans ces derniers, à la vente de biens ou de services.

Article 9 – Tenue, comportement et téléphone
Le candidat est invité à se présenter à l’organisme en tenue vestimentaire correcte. Il est demandé à tout stagiaire d’avoir un comportement garantissant le respect des règles élémentaires de savoir vivre, de savoir être en collectivité et le bon déroulement des formations. Les téléphones portables doivent être éteints pendant les cours pratiques et théoriques et en mode silencieux dans l’enceinte des locaux.

3ème SECTION : MESURES DISCIPLINAIRES
Article 10 – Sanctions disciplinaires
Tout manquement du stagiaire à l’une des prescriptions du présent règlement intérieur pourra faire l’objet d’une sanction prononcée par le responsable de l’organisme de formation ou son représentant. Tout agissement considéré comme fautif pourra, en fonction de sa nature et de sa gravité, faire l’objet de l’une ou l’autre des sanctions suivantes :
– rappel à l’ordre ;
– avertissement écrit par le directeur de l’auto-école ;
– exclusion définitive de la formation.

Article 11 – Information du stagiaire
Aucune sanction ne peut être infligée au candidat sans que celui-ci ait été informé au préalable des griefs retenus contre lui. Toutefois, lorsqu’un agissement, considéré comme fautif, a rendu indispensable une mesure conservatoire d’exclusion temporaire à effet immédiat, aucune sanction définitive relative à cet agissement ne peut être prise sans que le candidat n’ait été au préalable informé des griefs retenus contre lui et éventuellement, que la procédure ci-après décrite ait été respectée.

Mme, Mlle, Mr…………………………………………………..…………………………… certifie avoir pris connaissance du présent règlement.
Fait à Paris le …………………………….. Signature

1.4 – USAGE DE LA PISTE POUR LES FORMATIONS AUX CATEGORIES AM, A1, A2, A DU PERMIS DE CONDUIRE

Adresse de la formation hors circulation :
Parking P2
Parc des expositions Paris Nord 2 à VILLEPINTE

Départ du cours sur place.

Utilisation de la piste de formation :
L’auto-école est locataire de 4 pistes privées (2 lents et 2 rapides) sur un parking hors circulation, gardé jour et nuit sur le site du parc des expositions de Paris Nord 2. Le terrain est clôturé pour la sécurité des manœuvres.
Un garde barrière assure l’autorisation de passage.
Accueil et salle de cours sur site.
Un point d’eau et des toilettes sont présents sur place.
Un mail est adressé à tous les candidats concernés avec les instructions pour se rendre sur place en tant que piéton ou que conducteur.

Chaque candidat a un deux-roues attitré pour sa leçon.

1.6 – POST PERMIS CONDUCTEURS NOVICES (Détails à l’auto-école sur panneau interactif)

1.7 – LES CONDUITES ACCOMPAGNEES

Il existe trois formules d’apprentissage comportant une phase de conduite accompagnée :
• l’apprentissage anticipé de la conduite (AAC) qui peut être pratiqué dès 15 ans ;
• la conduite supervisée (CS) qui peut être pratiquée à partir de 18 ans ;
• la conduite encadrée pour les élèves des établissements préparant aux métiers de la route (CAP et BAC professionnel).
Ces trois formules permettent, après une formation initiale, d’acquérir une expérience au volant en toute confiance, sous le contrôle d’un accompagnateur, dans les conditions de circulation les plus variées possibles, avant le passage des épreuves pratiques et l’obtention du permis de conduire et de l’autonomie.
L’auto-école Soult forme à l’apprentissage anticipé de la conduite et à la conduite supervisée.

L’apprentissage anticipé de la conduite (AAC)

Pour s’inscrire, il faut :
– Être âgé de 15 ans minimum
– Avoir l’accord du représentant légal et de l’assureur du véhicule utilisé dans le cadre de l’accompagnement hors formation auto-école.

Déroulement de la formation initiale en école de conduite :
– faire une évaluation de départ préalable
– suivre une formation théorique sur les règles du code la route permettant de préparer l’épreuve théorique générale (code) et comprendre les enjeux de la sécurité routière.
– valider 20 heures de formation pratique minimum (13 heures en BEA)
– obtenir le code
– atteindre un niveau de conduite suffisant pour conduire avec un accompagnateur, ce qui se traduit par la délivrance de l’attestation de fin de formation initiale (AFFI)

Déroulement de la phase de conduite accompagnée :
– participer à un rendez-vous préalable de 2 heures, en présence de l’accompagnateur, pendant lequel l’enseignant dispense ses conseils pour la phase de conduite accompagnée
– conduire avec l’accompagnateur sur une durée minimale d’un an et parcourir au moins 3 000 Km dans des conditions de circulation variées
– un suivi est assuré par l’école de conduite sous la forme de deux rendez-vous pédagogiques obligatoires avec l’élève et son accompagnateur, l’un entre 6 et 8 mois de conduite (et environ 1 000 kilomètres parcourus), l’autre à l’issue des 3 000 km. Lors du deuxième rendez-vous pédagogique le formateur décide si le candidat est prêt à passer l’épreuve pratique du permis de conduire lorsqu’il aura 17 ans et demi, s’il remplit les conditions de kilométrage parcouru et de durée de conduite accompagnée

Les règles à respecter pendant la phase de conduite accompagnée :
– Utiliser un véhicule équipé de deux rétroviseurs latéraux et du disque « conduite accompagnée » à l’arrière
– Être sous la surveillance constante d’un accompagnateur titulaire du permis B de puis au moins 5 ans sans interruption, ayant eu l’accord de l’assureur pour remplir cette fonction et mentionné sur le contrat signé avec l’auto-école (plusieurs accompagnateurs possibles)
– Respecter les règles du code de la route et tout particulièrement les limitations de vitesse destinées aux conducteurs novices
– Parcourir les 3 000 km sur les parcours les plus variés possibles et participer activement aux rendez-vous pédagogiques à l’auto-école
– Avoir toujours avec soi en conduite accompagnée le livret d’apprentissage et le document d’extension de garantie de l’assurance. Ces deux documents tiennent lieu de justificatif en cas de contrôle par les forces de l’ordre
– Bien indiquer dans le livret d’apprentissage, après chaque sortie, les parcours effectués (nombre de km, type de routes, difficultés éventuelles…), afin de pouvoir en parler avec l’enseignant.
– Ne pas franchir les frontières françaises.

Les avantages

FINANCIERS :
– diminuer le coût de la formation car le niveau demandé pour l’obtention de l’AFFI n’est pas celui de la présentation au permis de conduire
– augmenter sensiblement ses chances de réussite à l’examen du permis de conduire (74% de chances de l’obtenir dès la première présentation contre 55% par la voie de l’apprentissage traditionnel)
– obtenir un tarif réduit sur l’assurance jeune conducteur

PRATIQUES :
– réduire la période probatoire à 2 ans au lieu de 3 ans
– commencer la formation initiale en école de conduite (code et conduite) dès 15 ans
– passer l’épreuve du permis de conduire à 17 ans et demi ; attention la conduite seule n’est possible qu’à partir de 18 ans

SECURITAIRES :
– acquérir de l’expérience sur des parcours de typographies différentes et variées, pendant les 4 saisons
– acquérir de l’autonomie et de l’expérience en étant accompagné pendant plusieurs de 100aines de kilomètres

La conduite supervisée (CS)

Principe :
Cette formule s’adresse aux candidats de 18 ans et plus, qui souhaitent acquérir une expérience de conduite avant le passage de l’examen du permis de conduire ou après un échec à l’épreuve pratique. Comme pour la conduite accompagnée, le candidat de 18 ans et plus doit au préalable avoir réussi l’épreuve du code et suivi au moins 20 heures de conduite en école de conduite. C’est l’enseignant qui autorise la personne à opter pour cette possibilité en fonction du degré de maîtrise du véhicule, des compétences et des comportements qu’il a observés chez le candidat.

Déroulement :
Après la phase de formation initiale ou un échec à l’épreuve pratique du permis de conduire, l’élève doit :
– obtenir un accord préalable écrit de la société d’assurances du véhicule, précisant le ou les noms des accompagnateurs
– avoir atteint un niveau de conduite suffisant pour conduire avec un accompagnateur, ce qui se traduit par la délivrance de l’attestation de fin de formation initiale (AFFI)
– participer à un rendez-vous préalable de 2 heures, en présence de l’accompagnateur, pendant lequel l’enseignant dispense ses conseils pour la phase de conduite accompagnée
– conduire avec un accompagnateur, titulaire du permis B depuis au moins 5 ans sans interruption, ayant eu l’accord de l’assureur pour remplir cette fonction et mentionné sur le contrat signé avec l’auto-école (plusieurs accompagnateurs possibles). Il n’y a pas de durée ni de kilométrage minimal à respecter.

Les avantages
– d’acquérir de l’expérience de conduite à moindre coût pour compléter sa formation initiale et, en cas d’échec à l’examen pratique, améliorer ses acquis en attendant de le repasser
– augmenter sensiblement ses chances de réussite à l’examen du permis de conduire
– gagner en autonomie
– une prise de confiance en peu de temps

2.2 – PROCEDE DE POSITIONNEMENT ET D’EVALUATION

L’apprenant est encadré et accompagné systématiquement grâce au référent administratif qui a harmonisé avec le référent pédagogique le programme, les moyens et les outils pédagogiques.
Tous les acteurs sont impliqués dans une même harmonie pédagogique. Le but est d’éviter le décrochage de la formation par l’apprenant, à cause d’un manque de visibilité ou de la perte de repères ou de référent.

OUTILS POUR LE SUIVI TOUT AU LONG DE LA FORMATION

Evaluation de départ :


Bilans et évaluations :

• L’évaluation de départ : Obligatoire avant l’inscription, son rôle est de donner un nombre d’heures et un calendrier prévisionnels de formation à l’apprenant.
• Bilan de fin de forfait : 4 heures avant la dernière heure du forfait initialement choisi, un bilan de fin de forfait est mis en place pour informer l’apprenant de son positionnement par rapport à son évaluation de départ initiale.
• Bilan de progression : Préconisé à l’issue du bilan de fin de forfait ou à la demande du moniteur ou de l’élève.
• Débriefing : Après chaque échec à l’examen, se bilan permet d’échanger avec l’apprenant sur ses lacunes de savoir-faire, savoir-être et savoir devenir qui ont été jugées insuffisante par l’IPCSR. Il se déroule avant examen sur la base du bilan de compétence retraçant le CEPC afin d’établir le processus d’accompagnement personnalisé à chaque apprenant.
Un processus d’accompagnement correcteur permet de garder confiance et de sortir le positif d’une situation négative.

• Chaque bilan ou évaluation sera édité en 2 exemplaires.
• Chaque exemplaire sera signé du moniteur et de l’apprenant.
• 1 exemplaire sera remis à l’apprenant sous forme papier et à sa demande en format numérique.
• Le référent pédagogique en prendra connaissance et en discutera avec le moniteur.
• Le référent administratif en conservera un exemplaire.
• Il pourra en remettre sur demande aux OPCO ou Entreprises.

Outils dématérialisés :

• Livret Mobile (Livret d’apprentissage dématérialisé) est l’application Ediser-ENPC qui permet à l’apprenant de suivre 24h/24h sa progression. Outil de progression et de suivi, il permet d’échanger avec le moniteur ou les différents moyens humains pour éviter le décrochage. La consultation par un tiers aide à l’accompagnement et donc au décrochage.
• PackWeb Ediser-ENPC pour la formation théorique permet aux moyens humains et aux tiers de suivre la progression, l’implication, la régularité de l’apprentissage. Une passerelle au SAV ou à l’auto-école permet de poser des questions en direct avec une garantie de réponse sous 24 heures.
• L’envoi du planning de formation dématérialisé par CILEA, à chaque prise de rendez-vous ou de modification de rendez-vous, permet un accès simple, lisible et à jour de la progression, l’implication, la régularité de l’apprentissage.

PRISE EN COMPTE DU HANDICAP

3.1 – MODALITES D’ORGANISATION

L’apprenant est encadré et accompagné systématiquement grâce au référent administratif qui a harmonisé avec le référent pédagogique le programme, les moyens et les outils pédagogiques.
Tous les acteurs sont impliqués dans une même harmonie pédagogique. Le but est d’éviter le décrochage de la formation par l’apprenant, à cause d’un manque de visibilité ou de la perte de repères ou de référent.

DEROULEMENT DE LA FORMATION Cat.B
Avant l’inscription et le début de la formation, une évaluation de départ est réalisée soit sur ordinateur, soit sur simulateur, soit en véhicule. Elle permet de définir un volume prévisionnel de formation et d’adapter l’enseignement au profil et aux caractéristiques de chacun.
THEORIE
La formation théorique B (ETG) comprend des cours et des tests effectués en présentiel ou à distance et une sensibilisation sur les principaux facteurs d’accident, au travers de cours collectifs animés par un enseignant, sur rendez-vous et selon le planning affiché à l’auto-école.

Les 10 thèmes sont :
• La circulation routière (panneaux, intersections, circuler, croiser et dépasser, stationner ou s’arrêter)
• Le conducteur (conduire, défaillances du conducteur)
• La route (nuit et intempéries, autoroute, zones dangereuses)
• Les autres usagers (partage de la route)
• Les notions diverses (documents administratifs, chargement et passagers, infractions)
• Les premiers secours (protéger, alerter et secourir)
• Prendre et quitter son véhicule (s’installer au poste de conduite)
• La mécanique et les équipements (entretien et dépannage)
• La sécurité du passager et du véhicule (installation des passagers, nouveaux équipements)
• L’environnement (éco-mobilité et éco-conduite)

PRATIQUE
La formation pratique B peut débuter par cinq heures sur simulateur, pour ceux qui n’ont jamais conduit auparavant. Les leçons de conduite ont lieu en circulation avec des explications et des exercices progressifs. Dans un premier temps, il s’agit de maitriser le véhicule dans un trafic faible. Ensuite, il faut apprendre à gérer l’environnement, partager la route avec les autres usagers, circuler dans une circulation dense et des conditions de plus en plus difficiles. Les dernières leçons favorisent l’autonomie et l’écoconduite. A chaque fois, l’élève est incité à prendre conscience des risques, des influences, des pressions, à s’auto-évaluer et à remplir son livret de formation pour suivre sa progression. En cours et en fin de formation des bilans sont réalisés.

DEROULEMENT DE LA FORMATION Cat.A
Avant l’inscription et le début de la formation, une évaluation de départ est réalisée soit sur ordinateur, soit sur simulateur, soit en véhicule. Elle permet de définir un volume prévisionnel de formation et d’adapter l’enseignement au profil et aux caractéristiques de chacun.
THEORIE
La formation théorique A1 ou A2 (ETM) pour « Épreuve Théorique Moto », comprend des cours et des tests effectués à distance.

Les 9 thèmes sont :
• Les dispositions légales en matière de circulation routière ;
• Le conducteur ;
• La route ;
• Les autres usagers de la route ;
• La réglementation générale ;
• Les éléments mécaniques liés à la sécurité ;
• Les équipements de protection et autres éléments de sécurité des véhicules ;
• Les règles d’utilisation du véhicule en relation avec le respect de l’environnement ;
• Et enfin, les premiers secours.

PRATIQUE

La formation pratique A1 ou A2 se déroule en deux parties. Hors circulation, l’apprenant se familiarise avec le deux-roues, les différentes commandes, la gestion du poids de la machine, de l’équilibre, de la trajectoire, à allure lente et normale, seul et avec un passager. Avant de se présenter à l’examen du plateau, un examen blanc est réalisé et les vérifications sont révisées. En circulation, l’élève est confronté aux différentes conditions de circulation de façon progressive. Des conseils pour assurer la sécurité sont prodigués tout au long de la formation.

La formation pratique AM comprend cinq séquences dispensées sur un volume horaire total de huit heures, au minimum. Elle se déroule sur deux jours, au minimum, à raison d’un maximum de quatre heures par jour.

Les séquences se déroulent dans l’ordre suivant :
• Séquence 1. Echanges sur les représentations individuelles autour de la conduite.
• Séquence 2. Formation à la conduite hors circulation.
• Séquence 3. Apports théoriques (code de la route)
• Séquence 4. Formation à la conduite sur les voies ouvertes à la circulation publique.
• Séquence 5. Sensibilisation aux risques.

7.4 – MODALITE DE TRAITEMENT DES RECLAMATIONS

Les réclamations sont à transmettre

Par téléphone au 01.43.40.13.15

Par mail à infos@soult.fr

J Réception d’une réclamation Lorsque nous recevons une réclamation par téléphone, nous demandons au réclamant de nous la transmettre par mail et nous lui indiquons oralement la procédure tout en répondant à ses questions d’ordre administratif.
  Lorsque nous recevons une réclamation par mail, nous la plaçons dans notre dossier « réclamation » afin de garder trace de tous les échanges (dates, nom, motifs, etc)
J + 24h ouvrées Accuser réception de la réclamation Nous accusons réception sous 24 heures ouvrées maximum par retour de mail. Si besoin, nous contactons le réclamant par téléphone.
J + 7 jr ouvrés Répondre à la réclamation Nous traitons la réclamation sous 7 jours ouvrés : demande de pièces complémentaires, justificatifs. Nous nous reportons aux conditions stipulées dans le contrat et proposons notre réponse au réclamant.
  En cas de refus de la proposition par le réclamant, nous appliquons les termes du contrat Article IX. – Règlement des litiges
     
Actions correctives Performer nos pratiques professionnelles A partir des réclamations reçues et des dysfonctionnements, manquements ou mauvaises pratiques identifiés, vous déterminons et mettons en œuvre des actions correctives.